Splendeurs et Misères du Goncourt 2021

Par Renée Valet-Huguet

Quand les petits arrangements de l’Académie Goncourt jouent les « passe-muraille », et que s’étale une double polémique : l’une des jurés, Camille Laurens, se trouve être la compagne d’un auteur sélectionné, laquelle signe une critique brutale contre un autre roman retenu dans la sélection

Le balcon des Goncourt. Livreshebdo Photo Olivier Dion

Itinéraire d’un livre devenu encombrant

Émouvant, le dernier livre d’Anne Berest, « La carte postale » (Grasset) nous avait laissé un sentiment élargi ; le vague pressentiment que l’ouvrage allait prendre des résonances particulières. Le sujet ? Une enquête, haletante, déclenchée par une simple carte postale, qui fait revivre le parcours terrible de la famille de l’autrice pendant la Shoah. S’y ajoute de profondes réflexions sur la judéité en héritage. L’actualité rend aujourd’hui plus claires nos intuitions. Le livre se distingue, solides articles, interview radio, appui de la télévision. Se retrouve dans la première sélection, et du prix Goncourt 2021, et du prix Renaudot. Mais brusquement, le 17 septembre, boum ! Une écrivaine reconnue, chroniqueuse, entrée en 2020 au jury du prix Goncourt, Camille Laurens, dans sa chronique hebdomadaire du Monde des Livres, attaque le roman. Un dépeçage malodorant. Et ce, dix jours après la publication de la première liste du Goncourt, où figurait La carte postale. Déjà, il y a polémique. Selon l’usage, les jurés du Goncourt ne s’expriment pas publiquement sur les livres en lice, et demeurent solidaires des choix de l’Académie en toutes circonstances.
Et le 21 septembre, France Inter enfonce le clou : Camille Laurens est la compagne de François Noudelmann, dont le roman « Les Enfants de Cadillac » (Gallimard), figure dans la première sélection du Goncourt.
Conflit d’intérêts ? « Ils ne sont pas mariés », réagit Philippe Claudel, secrétaire de l’Académie Goncourt, et précise à l’Agence France-Presse que « pour l’Académie, le conflit d’intérêts a été écarté. » 
C’est ce qui s’appelle agir avec une subtilité complaisante.

Vitriol

S’agissant de la fameuse chronique, Didier Decoin, président de l’Académie déclarait à France Inter, « Je n’ai pas apprécié, et nous en parlerons. » Camille Laurens devrait être rappelée à son devoir de solidarité avec les choix du jury. C’est bien le moins…
Il apparaît clairement que Camille Laurens débine un roman qui pourrait faire de l’ombre à celui de son compagnon, qui traite peu ou prou du même sujet. Les enfants de Cadillac, de François Noudelmann, reste un livre aux ventes modestes.
L’aigreur assèche. Il y a dans la critique de la chroniqueuse des attaques personnelles contre Anne Berest, qui a écrit sur la mode. « Anne entre jusque dans la chambre à gaz avec ses gros sabots à semelles rouges », ou « l’autrice, experte en chic parisien ».
Ou, plus généralement : « Quand l’autrice interroge niaisement sa mère, on croirait lire la Shoah pour les nuls. »
Nous avions pourtant en tête le souvenir d’une Camille Laurens, excellente critique.

.Camille Laurens. Photo JOEL SAGET/AFP

Nelly Kaprièlan, dans les Inrocks soulève un point intéressant.
« Camille Laurens devrait-elle être limogée du Goncourt, en démissionner elle-même ? La question se pose peut-être en sens inverse : et si elle n’aurait jamais dû y entrer ? En 2007, Laurens se permettait d’accuser une autre écrivaine (Marie Darrieussecq) de “plagiat psychique”, concept pour le moins farfelu, en tout cas pas du tout littéraire. C’était à l’occasion de la parution du roman Tom est mort, de Darrieussecq, une fiction autour de la mort d’un enfant : Laurens y avait vu la copie (psychique, donc ( ?)) de son texte Philippe (1995), “comme si les enfants morts étaient sa propriété privée”, écrivait alors en réponse leur éditeur commun, Paul Otchakovsky-Laurens. (P.O.L). Étrange comme Didier Decoin a eu la mémoire courte en nommant l’écrivaine au jury du prix littéraire le plus prestigieux de France. »

Correctrice/Relectrice : Elsa de Breyne

Photo de couverture : Le salon Goncourt, restaurant Drouant. Photo Pinterest

16 réflexions sur « Splendeurs et Misères du Goncourt 2021 »

  1. Le monde littéraire n’est pas blanc/bleu comme d’ailleurs celui de la politique ou du « business ». Et l’Académie Goncourt a toujours fait l’objet de critiques et a souvent « raté » son coup en matière de choix du meilleur. Cette polémique, qui me semble justifiée, en est une nouvelle illustration. Attendons la suite.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu dis vrai, Claude. Et j’ai l’impression qu’aujourd’hui l’étalage au grand jour ne semble pas gêner les protagonistes. Comme si la violence s’était banalisée. Je t’avoue que souvent j’ai été déçue par les livres primés. Bon, ce n’est pas fini, que vont faire les membres du jury pour la sélection finale?

      J’aime

  2. On va surement en faire un film…ou un livre

    Aimé par 1 personne

    1. Mais tu as raison! D’autant que les rebondissements ne manqueront de survenir. Le 5 octobre nous saurons si les deux livres ont été discrètement écartés de la sélection finale. Nicole Garcia serait bonne dans le rôle de l’écrivaine, chroniqueuse, non?

      J’aime

  3. Que de violence, que de haine et, probablement, que de jalousie ! Si l’inspiration des deux romans en compétition n’était pas si tragique, la situation serait comique. Comme quoi, on peut être un bon écrivain et céder à la mesquinerie.
    Cela nous vaut au moins le plaisir de lire ton brillant article, Renée.
    Amitiés, Danielle

    Aimé par 2 personnes

    1. Tu as raison sur tout. Ce qui me fait mal, c’est que la dame est bonne écrivaine, excellente critique, directe. Mais là, se laisser ainsi emporter pas des sentiments aussi mauvais. Merci Danielle pour les mots si gentils et sincères que tu m’adresses. Amitiés. Renée

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, quand la bassesse vient d’une personne qu’on apprécie, c’est une double déception. Et que dire de Philippe Claudel qui s’est converti à une diplomatie de salon…

        Aimé par 1 personne

      2. Ah! Philippe Claudel… Je me suis dit la même chose que toi. Si brillant écrivain, dont j’ai relu tout dernièrement ce livre qui m’avait déchirée : Le rapport de Brodeck. Les honneurs, peu y résistent. Un m’avait plu : Gracq qui avait refusé un prix littéraire.

        Aimé par 1 personne

      3. Oui, Philippe Claudel ! Au Drouant, on est très loin des « âmes grises » et du « Rapport de Brodeck ». Comment peut-on céder aux mondanités quand on a écrit de tels livres ? Philippe Claudel devrait relire la cruelle biographie qu’il a consacrée à Emile Friant, peintre nancéen devenu peintre de salon…

        Aimé par 1 personne

      4. Oui, foutues mondanités. Je n’ai pas lu la biographie consacrée à Emile Friant. Je vais aller à la librairie. Oh! oui, les âmes grises… Lu de lui cet été : Fantaisie allemande. Un recueil de nouvelles. Que j’ai vraiment apprécié.

        Aimé par 1 personne

  4. Mauvaise idée que d’être juge et partie. Cela devrait, à mon sens se solder par « la juge est partie ». Merci pour ton article, bien construit, bien écrit et objectif.
    Belle journée ma chère Renée.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci mon cher Régis. Comme tu as raison!, mais ainsi que tu le sais, les prix sont généralement cernés de compromissions, le mot est faible. Aussi la dame n’a pas de souci à se faire pour son fauteuil. Bises

      Aimé par 1 personne

  5. Ah ! Quand une femme fait un croc-en- jambe à une autre femme, se montrant ainsi sous son jour le plus pitoyable et mesquin, rongée d’une envie qui lui fait se venger bassement! Cette peur de perdre un avantage convoité pour son compagnon … Ah la jalousie ! Ah l’amour ! C’est bien regrettable pour la transmission de notre hérédité sororale spécifique, plus particulièrement depuis MeToo.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci Sylvie! Très juste. C’est sans doute un peu bête, mais, à chaque faux pas commis par une femme, je me dis « patratas, on repart en arrière parce que les ricanements vont pleuvoir »!

      Aimé par 1 personne

  6. 2460869385009rsgm 10 octobre 2021 — 7 h 58 min

    L’âge et la beauté de l’autrice on-t-ils été un élément supplémentaire? Allez savoir!  » Les femmes sont retors » !

    J’aime

    1. Demandons aux spécialistes de l’âme!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

The Company World

The Company World est un blog. Sur ce site vous découvrirez le monde de l'entreprise en parcourant des thématiques telles que le management, la communication, les RH, etc.

Carnets. Gabrielle Segal

"Je ne fais pas partie du mouvement de la rue, puisque je le contemple." Virginia Woolf

Maman Lyonnaise

Idées, déco, recettes et lyonnaiseries

la borsetta delle donne

Blog di risparmio al femminile... ma non solo

IMPREINT journal

The official bulletin of the artist IMPREINT created to repost excerpts from 'En plein air'.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close