Humeur. Actrices ou autres femmes, les fourberies de l’âge

Par Renée Valet-Huguet

« À partir de cinquante ans, les femmes développent un superpouvoir : elles deviennent invisibles. Surtout à l’écran. » Ainsi s’exprimait Anne Le Ny, actrice et réalisatrice, citée par l’AAFA. Le pourquoi du comment

Pour de vrai, ou pour de rire ?

C’est une pièce de théâtre qui nous a rappelé une injustice de la nature. Sur la scène, un couple se retrouve après une rupture. Elle est jeune, lui mûr. La cinquantaine, avions-nous lu. À un moment, il précisera la différence : vingt ans. Pourtant le comédien s’active depuis trois bonnes décennies dans la profession. Alors, cinquante ans ? Et les matinées en plus ! comme on dit au théâtre. Et même si sur les planches il donne de la réalité une apparence flatteuse, au moment de la révérence finale la lumière le trahira.
Dans le parterre, qu’on veut illusionner peut-être se pose-t-on une question : aurait-on engagé une comédienne âgée de soixante-quatre ans, c’est l’âge exact du comédien, pour incarner une cinquantenaire ?
Débattant de l’épineux sujet avec François Cohendy, ancien journaliste cinéma au Progrès, celui-ci évoque Simone Signoret. « Brutalement, celle qui est devenue la plus grande actrice française, la première à avoir été « oscarisée » à Hollywood, a pris conscience des ravages du temps, devant quoi les hommes et les femmes n’ont jamais été égaux. Très lucidement, Simone le dira à sa manière : « J’ai dix ans de plus que Montand, puisque nous avons le même âge, et que je suis une femme… »

Simone Signoret et Yves Montand. Photo Pinterest

Comme dans la vraie vie

Avec Mourir peut attendre, où Daniel Craig, alias James Bond, cinquante-trois ans, arbore une compagne trentenaire, Léa Seydoux, le cinéma ressort sa pancarte : les hommes mûrs sont dynamiques, forts, séducteurs. Les femmes de même génération ? Hors d’usage. Des inutiles. Reste pour elles à faire la marmotte jusqu’à soixante-cinq/soixante-dix ans, les films alors demandant parfois des grand-mères…
Une actrice confiait, « À trente-sept ans, j’ai joué la mère d’un acteur plus vieux que moi. »
L’inégalité se retrouve dans les salaires.

Léa Seydoux et Daniel Craig. © Splash News/ABACA

« Les vieilles » : la riposte

On nous oppose que pleuvent des films où étincellent des quinquas : Karin Viard, Agnès Jaoui, Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain. Assurément. Mais observons que d’une part, ces brillantes actrices n’apparaissaient pas comme jeunes premières absolues, et que, d’autre part, se déploie la résistance des femmes du métier. Depuis 2015, la commission AAFA-Tunnel de la Comédienne de 50 ans combat les stéréotypes sexistes liés à l’âge des femmes, reproduits dans les fictions.
Une femme majeure sur deux a plus de cinquante ans et, sur le grand écran, en 2019, elles étaient deux fois moins présentes (8%) que leurs collègues masculins du même âge (17%), selon l’AAFA-Tunnel de la Comédienne de 50 ans.
Alors maintenant, mollo sur l’injustice. Des réalisatrices s’engagent. Se servent du phénomène des séries. Julie Delpy filme ses copines, et elle-même, dans la tourmente joyeuse du milieu de vie dans On the verge (Canal+).
Et, attaque frontale contre le mépris de l’âge, Valérie Donzelli pose Miou Miou dans une tendre loufoquerie : septuagénaire mais future maman dans Nona et ses filles. Début décembre sur Arte.
Quant aux États-Unis, l’avenir se joue dans les séries. Rôles de femmes vibrantes, fortes, appropriées aux actrices mûres. Jessica Lange ouvrait, à soixante-deux ans la série un rien cauchemardesque, American Horror Story, Jane Fonda, quatre-vingt-trois ans, copodruit Grace et Frankie (Netflix) et s’éclate depuis six ans dans un rôle drôlissime.
Mais soyons lucides, la mouvance a encore bien des archaïsmes à culbuter.

Miou Miou et MIchel Vuillermoz, série Nona et ses filles, de Valérie Donzelli. Photo Series Mania

Les actrices d’exception, autrement dit les stars

Il y a celles qui, frôlant les soixante-dix ans, se glissent dans la peau d’une femme de cinquante ans, à laquelle elles ressemblent physiquement. Elles semblent avoir tous les droits au motif qu’elles ont été stars jeunes. Elles ont pris des arrangements avec l’âge. Détiennent un pouvoir : on bâtit un film sur leur nom.
Une image forcément nous vient : Catherine Deneuve, dont François Cohendy ne cesse de dire qu’ « elle est la seule à réussir à poursuivre une carrière de très belle actrice (excellente) et à maintenir un statut de star, ce qui est une combinaison rarissime et difficile. »

Catherine Deneuve. Photo Pinterest
Emmanuelle Béart dans le décor du film Huit femmes, de François Ozon. Collection Christophel, source https://www.vogue.fr/lifestyle/article/les-maisons-de-campagne-immortalisees-au-cinema

Quand on n’est pas exactement jeune, peut-on se satisfaire pleinement de voir des films dans lesquels les femmes de cinquante ans, et plus, sont peu ou prou ignorées. Parce qu’il y a comme un besoin de s’identifier aux personnages. Alors les histoires d’amour d’une jeune ou les problèmes existentiels d’un homme…

Correctrice/Relectrice : Elsa de Breyne

Source : AAFA

Photo de couverture : Copyright The Film TV Stars Alexia Landeau, Elisabeth Shue, Julie Delpy, Sarah Jones (III) Serie On The Verge – Saison 1

22 réflexions sur « Humeur. Actrices ou autres femmes, les fourberies de l’âge »

  1. Que d’injustices et d’inégalités encore sur les épaules des femmes ! Et pourtant, les femmes aujourd’hui de 50 à 84 ans (Jane Fonda !) sont de plus en plus belles. Ah tous ces hommes- coqs … ridés, ventripotents, déplumés, dégarnis tandis
    qu’ ils sont partout sur les écrans et dans des postes de cadres – cadres supérieurs, ainsi qu’en politique … et certains atteignent plus de 80 ans ! Néanmoins ceux-là ne sont pas « hors d’usage », « inutiles », « ignorés ». Pour certains d’entre eux, on a envie de dire, comme le Général :  » La vieillesse est un naufrage » … ; ils ont si peur de sombrer, qu’ ils s’accrochent à leur omnipotence ( de plus en plus improbable … ) en écrasant au passage celles qui, à tout âge, leur font de l’ombre par leur beauté, leur dynamisme, leur charme, leur séduction, leur glamour.

    Aimé par 2 personnes

    1. Vous avez raison, chère Sylvie! Il est clair qu’on n’accorde pas aux femmes, belles, le droit de vieillir, dans certaines professions. Alors qu’on trouve aux hommes le charme des cheveux gris. Et je ne parle pas seulement du monde du cinéma, de la pub etc… Une amie, journaliste, avait demandé à Jean Daniel, qui était un ami de sa famille, si elle pouvait postuler au Nouvel Observateur. Il lui avait répondu, lors d’un tête à tête, qu’il fallait privilégier les jeunes. Elle avait alors un peu plus de quarante ans, lui aux alentours de quatre vingt… D’ailleurs à plus de quatre vingt dix ans il exerçait encore…

      J'aime

      1. Quelle goujaterie !

        Aimé par 1 personne

      2. Oh! que oui… Mais il n’a pas vu la chose ainsi!

        J'aime

  2. Bel article – il n’est pas donné à tout le monde de vieillir en beauté, mais c’est possible, naturellement-. On voit de très beaux mannequins à cheveux blancs, et l’important est d’être soignée, à mon avis. De garder l’enthousiasme, le goût de la nouveauté, d’avoir envie ! 🙂
    On avance en âge comme on a vécu.
    Dommage pour Simone Signoret qui a trompé ses chagrins dans l’alcool, ce qui lui a permis de trouver d’autres rôles, terribles ( Le Chat ).
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

    1. Ce que tu dis, concernant la vieillesse est tout à fait vrai, France. Se soigner, garder l’élégance. Avoir envie d’explorer encore des choses, et puis, écouter les autres. À vivre ainsi, on ne peut se sentir vieille, mais tout de même, la vie est froide parfois avec les vieilles! Cela dépend des métiers. Selon des sondages, les femmes veulent avoir des interlocutrices jeunes dans les commerces de vêtements ou dans les parfumeries. Revenons à Simone Signoret, qui avait dit, en interview, que sa dégradation physique lui avait permis de jouer La vie devant soi, le chat… Elle avait une telle lucidité… Merci France de ton commentaire.

      J'aime

  3. C’est on ne peut plus exact, alors qu’une femme a tellement d’atouts pour jouer d’autres rôles. Hélas ! Ces messieurs devraient encore pouvoir fantasmer sur de plus jeunes. Une femme adopte cette attitude et d’autres crieront au scandale. Encore du chemin à faire 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Geneviève de ta présence! Je crois bien qu’en dépit des luttes, cette inégalité demeurera, sur le fond. Mais je remarque que des hommes évoquent ces inégalités, en sont embêtés. Il y a, comme tu le soulignes, « encore du chemin à faire », mais les femmes s’organisent, font front. J’ai vu dernièrement le film Eugénie Grandet, alors certes, cela remonte à Balzac, mais là, vraiment, les hommes étaient épouvantables. Bien amicalement.

      Aimé par 1 personne

      1. Balzac, un grand observateur de l’âme humaine. Je viens de voir Le Colonel Chabert avec Gérard Depardieu, Fanny Ardant plus jeune et notre cher Fabrice Luchini. J’ai adoré. Le texte se déguste et la femme laissée à son destin se débrouille comme elle peut, même si son rôle n’est guère sympathique. Amicalement

        Aimé par 1 personne

      2. Je trouve que la femme de Chabert, incarnée par Fanny Ardant paraît nettement moins vénale que dans la version très ancienne où Raimu campait un colonel impressionnant. Tu as raison, « la femme laissée à son destin se débrouille comme elle peut. » Toute guerre prouve que les femmes sont ingénieuses, fortes, courageuses. À bientôt Geneviève. Merci.

        Aimé par 1 personne

      3. Je suis d’accord avec toi. Les femmes ont bien dû faire face à tant de situations tellement dures, ignobles, difficiles au gré des siècles. J’ignorais qu’il y avait eu une version plus ancienne. J’imagine très bien Raimu dans ce rôle dramatique. Contente d’échanger avec toi 😀🥰
        Bonne journée à toi. 😀

        Aimé par 1 personne

      4. Merci Geneviève. Contente aussi de l’échange. À bientôt.

        Aimé par 1 personne

  4. Renée, cet article est épatant car très documenté et informé, en même temps. que personnel, comme tout ce que tu ecris, donc je t’en félicite encore une fois très sincèrement, François.

    Aimé par 2 personnes

    1. Tu ne pouvais me faire plus plaisir, François, merci. Tu le sais, ton avis compte énormément pour moi. Et je te remercie d’avoir, si complaisamment, si amicalement, devisé avec moi de cet épineux sujet : l’âge qui vient aux actrices.

      J'aime

  5. Merveilleuse photo des quatre copines ! De très jolies femmes loin des stéréotypes médiatiques. C’est grâce à des réalisatrices que ces femmes s’imposeront à l’écran d’âge en âge. J’espère qu’elles ne cèderont pas à l’injonction de l’éternelle jeunesse. Pour ma part, l’apparence de Jane Fonda me déplaît, comme une poupée Barbie de 80 ans…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Danielle! Je me doutais que ces femmes te plairaient. Des femmes d’aujourd’hui… Tellement peu sophistiquées, au contraire de leurs aînées américaines! Amicalement. Renée

      J'aime

  6. Ton article est à la croisée de plein de sujets : le cinéma est machiste; le diktat du jeunisme; l’égalité femme-homme; le temps qui avance inexorablement; l’être ou le paraître.
    Tu nous dis beaucoup avec cette manière discrète, élégante, puissante que tu as de le faire.
    Comme à l’habitude, ton article est un bijou.
    Merci ma chère Renée.
    Belle journée et des bisous.
    Régis

    J'aime

    1. Je suis infiniment touchée, mon cher Régis, de tes appréciations. Merci. Il y a tant à dire, sur l’époque. Sur toutes les époques d’ailleurs, il se trouve que je suis mûre mûre aujourd’hui, et moins inattentive que lorsque j’étais jeune, alors j’observe… Toi aussi tu es un observateur, et tes articles sont riches, et m’enchantent, ainsi que d’autres. Grosses bises.

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai envie de dire : moins on peut en faire, plus il devient vital d’observer !
        Observons ma chère Renée, observons.
        Bisous de fin de journée.

        Aimé par 1 personne

  7. Granger Christiane 1 novembre 2021 — 20 h 13 min

    Jeunesse et beauté des femmes vont de pair depuis des millénaires. A la Renaissance, peintres, penseurs et poètes condamnent la vieillesse et exaltent la jeunesse, même si elle est éphémère, ce Cher Ronsard conseillait à Cassandre de cueillir sa jeunesse….
    Je pense sincèrement que vivre c’est savoir traverser toutes les étapes de la Vie, chaque âge exprime une métamorphose et contient son propre pouvoir. Il possède sa beauté, ses ressources et sa magie. Pour moi la Vie est un voyage pensant lequel nous découvrons des paysages divers.
    Quelque soit le sentiment de chacun, tu as justement posé le décor de cette interrogation et comme toujours tes mots sont choisis à merveille.
    Je t’embrasse ma Chère

    Aimé par 1 personne

    1. Tes mots, chère Christiane sont très justes, et joliment écrits. Merci de nous donner ton sentiment, en qualité de belle femme qui a cheminé. Je t’embrasse.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Verticalités

Photographies et tableaux (Bruno San Marco)

IMPREINT journal

The official bulletin of the artist IMPREINT created to repost excerpts from 'En plein air'.

Les mots, la vie

Écriture - inspiration - allant!

I miei ALTI e bassi

sii gentile e abbi coraggio.

IMELDA ADVENTURE

SOYEZ VOUS CQR VOUS ETES INCROYABLEMENT STYLE BY NIA

The curious

All knowledges for the curious

Lazuli Biloba

Cadeaux, décoration et luminaires

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close