Retour à Houlgate, Normandie. Les femmes s’exposent. Festival dédié aux femmes photographes professionnelles

Par Renée Valet-Huguet

L’an passé même si la tempête sanitaire a soufflé jusqu’à Houlgate, le festival « Les femmes s’exposent » est resté bien droit. Toujours les femmes résistent. S’adaptent. Pour preuve cette quatrième édition, du 1er juin au 8 août 2021. Quinze expositions en plein air et en pleine gratuité. Acte essentiel

Léo Sage est parti pêcher sur le bateau de son père sur l’océan Arctique mais il est revenu bredouille. Photo Katie Orlinsky

« Et pourtant elles photographient… » *

Quand un couple apparaît c’est généralement la femme que l’on remarque. Aussi peut-être à titre de compensation, un esprit malin a-t-il donné aux hommes l’avantage sur le reste des choses de la vie.
Parcelle de témoignage : l’invitée d’honneur du festival, la sociologue et photographe Irène Jonas, qui, retraçant son parcours de photographe, évoque des soutiens, des accompagnements, mais constate, « Je vois également une guirlande de doutes, d’empêchements, de portes fermées, d’absence de confiance, de manque de temps, de lassitude… Je n’aurais pas été aussi longtemps encombrée par moi-même, et par les autres, si plus d’égalité entre les femmes et les hommes avait existé dans la société. »

L’épaisseur du temps. Photo Irène Jonas

*Étude sociologique d’Irène Jonas. Mai 2020

Toni Ferenc. Travellers

Sa préférence va au portrait. C’est au sein de communautés marginalisées que Tori Ferenc se faufile. De l’avantage d’être une femme : « Je trouve qu’il est plus facile de gagner la confiance de quelqu’un si l’on n’est pas perçu comme une menace. Et qui est moins menaçant qu’une femme ? »
Partout les peuples nomades s’attirent des discriminations. Voilà des siècles que les Travellers (« les voyageurs ») foulent le sol de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, dans un environnement souvent hostile. 75% d’entre eux ont fait leur trou dans les faubourgs des villes, animés d’une force : leur culture, qu’ils célèbrent en se rassemblant dans les foires annuelles aux chevaux. Normal, les Travellers sont historiquement des cavaliers. Relégués tout au long de l’année à leur impuissance, mais forts le temps d’un week-end.
Exposition : plage

Carla avec un poulet durant une foire aux chevaux (Angleterre, 2019). Photo Tori Ferenc

Katie Orlinsky. Chasing Winter

Un temps Katie Orlinsky a battu le monde, révélant en images les grandes difficultés qui enserrent certains êtres. Puis en 2013 son appareil s’est orienté vers un point crucial : la menace climatique. Une destination, l’Arctique où le dérèglement est flagrant. Températures montant crescendo, recul des glaciers, banquise perdue, dégel du pergélisol et diminution des habitats naturels. Les espèces animales trinquent. Entraînent dans leur chute les humains issus de zones rurales qui dépendent de la faune pour leur nourriture, leurs revenus, leurs pratiques spirituelles. Glaçant.
Exposition : place de l’église Saint-Aubin

Léo Sage est parti pêcher sur le bateau de son père sur l’océan Arctique mais il est revenu bredouille. Photo Katie Orlinsky

Lynn Wu. Créatures marines

Toquée de photographie sous-marine, Lynn Wu dévoile ces spécimens qui font leur vie au fin fond des mers de Chine et des Philippines. Fantastique « Triangle de corail » où s’ébattent plus de trois mille sortes de poissons de récifs et autres espèces marines. Créatures surprenantes, effrayantes parfois. Une manne pour les pêcheurs locaux. Seulement ces espèces sont en danger. Déjà leur population s’est réduite. La destruction des récifs de corail et des ressources biologiques marines qui en dépendent risque d’aviver les tensions en mer de Chine méridionale et d’augmenter les risques de conflit.
Exposition : rue d’Axbridge

La Costasiella Kuroshimae est une petite limace de mer ne dépassant pas dix millimètres de longueur, appelée aussi limace-mouton. Photo Lynn Wu

Ainsi que la photographe Julie Glassberg, nous sommes curieuses de la diversité des cultures et des marginaux. Simplement elle, elle les immortalise. Avec précaution, respect. « Le portrait est un mélange de deux univers, celui de la personne photographiée et le mien, de ce qu’elle veut bien montrer, de ce que je perçois et ressens. C’est une véritable collaboration. »
Exposition Célèbres inconnus : rue Féral

Tony Disco à Coney Island (New York). Pour la chronique hebdomadaire « Character Study » du « New York Times ». Photo Julie Glassberg

Correctrice/Relectrice : Elsa de Breyne

16 réflexions sur « Retour à Houlgate, Normandie. Les femmes s’exposent. Festival dédié aux femmes photographes professionnelles »

  1. J’y ai été l’an dernier. J’avais passé un très bon moment devant les photos de ces femmes qui ont beaucoup de talent et de sensibilité. Beaucoup de femmes sont ( et il y en a eu beaucoup notamment depuis les années 50) d’excellentes photographes). Je retournerai donc à Houlgate cette année avec plaisir.

    Aimé par 3 personnes

    1. Oui, Claude, je me souviens, après la publication de mon article l’an passé, tu m’avais dit que tu irais. Et je fus heureuse, plus tard de recevoir ton avis. Merci.

      Aimé par 1 personne

  2. Superbes photos. Houlgate ce n’est pas très loin de chez moi. Ton article me donne très envie d’aller voir cette exposition.
    Mes préférées : Irène Jonas et Lynn Wu

    Merci, chère Renée pour cet article.

    Belle fin de journée.
    Bises,
    Regis

    Aimé par 2 personnes

    1. Oh oui Régis, allez-y tous les deux, c’est si charmant Houlgate, et puis, comme tu peux le lire plus haut, une lectrice, intriguée par mon article de l’an passé y était allée. Elle nous en parle. Bonne soirée Régis, merci de ta fidélité. Bises. R.

      Aimé par 2 personnes

  3. Magnifique témoignage, si vivant et esthétique. Merci et amitiés 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi, France. J’ai pensé que tu aimerais le travail de ces femmes photographes. Les sujets sont d’importance, et traités avec une telle sensibilité. Amitiés.

      J'aime

  4. Un 4ème festival dédié aux femmes photographes en Normandie ! Formidable ! Merci pour cette annonce. Irène, Toni, Katie, Lynn, Julie et les autres, oui toujours résistent et s’adaptent, puisque, nous, les femmes, avons su passer de l’autre côté du désespoir en ayant accepté de l’affronter … Le viriarcat ne vivra pas, car  » celui qui blesse autrui se blesse lui-même  » (C.G.Jung ), et parce qu’il nous faut absolument apprendre à vivre ensemble. Toutes ces photographes nous montrent ce que c’est que d’être  » naturellement  » courageux.

    Aimé par 1 personne

    1. Comme vous dites vrai, Sylvie. Merci. Partout dans le monde les femmes se montrent courageuses, et cela paraît si spontané. Les désavantages renforcent. J’ai vu, en Afrique, des petites filles portant sur leur dos leur petit frère ou soeur, s’activant à des tâches lourdes. Et ce qui m’avait frappée, concernant les petites filles, c’est la force de la petite héroïne du remarquable film de Vitali Kanevski, « Bouge pas, meurs, ressuscite », la protection infinie qu’elle assure envers un petit garçon, qui la laissera tomber à la fin du film.

      J'aime

  5. Dommage que ce soit si loin. Ceci dit, la photo de Tony Disco est tellement puissante que je ne suis pas près de l’oublier. Je ne sais pas si c’est la féminité du photographe qui a permis de révéler cette fragilité du modèle mais la photo ouvre sur une profondeur de l’âme vertigineuse.
    Merci, Renée, pour cette découverte. Amitiés, Danielle

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime ta sensibilité, Danielle. J’ai moi aussi été ébranlée par cette photo. Je suis contente que tu aies aimé découvrir ce festival auquel j’avais consacré un article l’an passé. Les photographes étaient autres et leurs sujets tout aussi intéressants que ceux que j’ai évoqués cette année. Amitiés, Renée

      Aimé par 1 personne

  6. veroniquedesoultrait 20 mai 2021 — 19 h 40 min

    « Qu’ est ce qu ‘elle va nous raconter, cette fois-ci, ou va-t-elle nous emmener, Renée?… »
    Tes chroniques sont des petites parenthèses de fraicheur, et chaque fois un moment suspendu, et j ‘attends, comme une gourmandise, le bon moment pour mieux le déguster, la disponibilité à entrer dans l’univers dans lesquel tu choisis de nous emmener…
    Merci Renée, c est toujours bien!

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis émue, ma chère Véronique. Et puis si tu savais comme c’est bon de savoir ce que tu me dis. J’ai échangé avec la photographe Julie Glassberg, à laquelle je signalai commentaire fort qui lui était adressé, et elle m’a répondu : « Mais le plus beau c’est de pouvoir toucher les gens avec son travail! » Elle dit vrai. Merci Véronique, je t’embrasse tendrement.

      J'aime

  7. Bonjour

    Comment puis je envoyer mon dossier de photos. Cela fait plusieurs années que j y pense en voyant les merveilleuses photos. Merci beaucoup

    J'aime

    1. Je pense que vous devriez aller visiter le site « Les femmes s’exposent » et les contacter. Merci pour votre abonnement au blog;

      J'aime

  8. Bonsoir,
    Un petit passage chez toi pour te dire que j’ai vu via la télé l’avis de cette exposition, hélas trop loin pour moi pour y aller. J’ai visité l’endroit il y a plus de trente ans, j’ai adoré. 🙂
    Bonne soirée à toi. Geneviève.
    ps : Blog en sommeil

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Geneviève de ton passage qui me fait plaisir. Je suis attachée à cette exposition qui, depuis quatre ans, résiste! Oui, c’est vraiment à l’opposé de chez toi. Mais quel joli endroit. Bonne soirée. Renée

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

IMELDA ADVENTURE

SOYEZ VOUS CQR VOUS ETES INCROYABLEMENT STYLE BY NIA

The curious

All knowledges for the curious

Lazuli Biloba

Cadeaux, décoration et luminaires

Pas plus haut que le bord !

Site gratuit même pour les riches.

NSTM Planet

Editorial / Opinión

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Le Parfum des Mots - Manga Berugi

Enivrez-vous avec les mots !

Marie-Anne-Keppers artiste autodidacte multiforme

Peindre, Dessiner, Écrire et Autres ... Créer pour le plaisir de partager mes ressentis, car sentir, c'est vivre !

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close