Scènes de chasse sur les plages

Par Renée Valet-Huguet

Se bronzer au soleil en micro maillot de bain sur une plage surpeuplée est aujourd’hui un acte naturel. Une affaire de corps, qui fut d’abord une affaire d’état. Derrière de sérieuses bagarres de plages s’est édifiée l’histoire des corps en été.

Photo Harri Peccinotti Source Pinterest

Le corps d’été

Une confidence nous a rappelé que l’été, et son parfum de liberté, est une saison trompeuse. « Je loue ma piscine à des femmes, en groupe » indique Carine. « Celles qui ne peuvent pas s’afficher en bikini, par souci familial et social, et celles qui nagent en burkini. »
La vraie liberté se trouverait donc au fond d’une piscine chlorée? Toutefois, si le burkini a engendré des batailles, le dévoilement des corps s’est fait dans des contestations souvent épiques. Ainsi, la journaliste Émilie Brouze, dans la Newsletter Rue89 du vendredi 17 juillet 2020, dépeint l’atmosphère rageuse qui recouvrait les plages, entre 1926 et 1934. Aiguillonnées probablement par les ligues de moralité, les pétitions, les affiches, des femmes corrigent à coups de ronces et d’orties les corps qui découvrent cuisses et décolletés, en 1927. À Malo-les-Bains, en 1933, s’organise la chasse aux baigneurs dits impudiques. À Batz-sur-mer, bagarre ; le curé félicite les agresseurs. Dans une église du Lot, en 1934, un sermon condamne les vacanciers qui se dénudent. L’homme d’église menace : s’ils persistent, il ne donnera pas la communion du 15 août. Furieux, les vacanciers envisagent de boycotter la cérémonie religieuse. Le maire tranche. Comme à la Rochelle et ailleurs : interdiction de s’exposer ou circuler sans être recouverts d’un maillot « couvrant entièrement le torse, le bassin et la partie haute des membres inférieurs ».

D’après l’historien Christophe Granger, « se dénuder l’été fut très progressif. Il y a eu beaucoup de bagarres de plages, des querelles villageoises. Car derrière cette pratique, banale aujourd’hui, se glissent des enjeux politiques, religieux, sociaux… ».

Jacques Heim, en 1932, avait créé le premier deux-pièces. Qui se portait taille très haute, dissimulant cette chose de forme aspirée et rentrante, le nombril, dont la production d’Hollywood interdisait l’apparition. En compensation les écrans n’étaient pas chiche de décolletés et poitrines généreuses. C’est un certain Louis Réard qui, en 1946, s’enhardit. Taille un maillot, lui donne le nom de l’atoll américain Bikini où s’était déroulé un essai nucléaire. Même effet explosif. Jugé scandaleux, le maillot est boudé. Connaîtra l’interdiction, en 1949, sur les plages de France, Belgique, Espagne, Italie. La revanche viendra dans les années 50, par le biais des pin-ups. Si les mentalités françaises se décoincent alors, outre-Atlantique le Bikini reste indésirable.

Maillot 2 pièces années 40 issu de la plus grande collection de Lingerie & Corsets Bikini & Swimwear. Merci à Nuits de Satin Ghislaine Rayer Patrice Gaulupeau Photo © Alain Guizard
Wikimédia. Des fresques, en Italie autour du  IVe siècle. Des femmes portent des sortes de bandeaux de tissu, sur la poitrine et sur les hanches. Pour faire du sport. Ressemblance frappante avec les bikinis.

Une saison en enfer

L’été nous vampirise. Empiétant sur le printemps il s’annonce : « J’arrive, fais-toi belle. » Complice, la presse féminine surenchérit : « Être canon sur la plage. » Mince, fesses bombées, et, pour que les jambes n’aient pas la pâleur d’un cardon fraîchement épluché, lire les astuces « bronzer sans soleil ». Quant au hâle volé aux rayons du soleil, on le garde, en passant ses week-ends dans le Sud. Attention ! Les étés sont meurtriers, préparer sa peau, ses cheveux. S’épiler bien sûr. Surtout racler la corne aux pieds, l’été voit tout.

On se demande si le bikini, et ses frères : string, monokini, trikini, tankini, microkini, tanga. ont vraiment émancipé les corps. Et s’ils avaient, mine de rien, fait en sorte que nos corps s’adaptent à eux. Pervers, non ? Nous, on aime bien le bikini quand même.

Photo de couverture Christine Marie H. Messanges

Source : Newsletter Rue89 du vendredi 17 juillet 2020 par Emilie Brouze. Slate. Une brève histoire du bikini par Julia Turner Aôut 2013. L’Obs O lifestyle https://www.nouvelobs.com/lifestyle/20200706.OBS30946/christophe-granger-le-summer-body-est-une-dictature-douce-tres-ancienne.html#xtor=EPR-105-%5BNL_O%5D-20200814

10 réflexions sur « Scènes de chasse sur les plages »

  1. François COHENDY 21 août 2020 — 19 h 54 min

    Vive l’hiver!

    Aimé par 1 personne

  2. Excellent article, instructif et très bien écrit. Merci beaucoup Renée.
    Le corps aura mis du temps à se libérer. Et il ne l’est pas encore partout, pas pour tous et surtout pas pour toutes.
    Bon week-end.
    Amicalement,
    Régis

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Régis. Comme vous avez raison, tant de tabous existent encore. Le travail est énorme dans certains endroits. Mais les femmes ont un courage rare et bien des hommes les soutiennent. Bon week-end. J’espère que votre amie Solène aura accès à l’article Scènes de chasse sur la plage.

      Aimé par 2 personnes

      1. Pourquoi ne pourrait-elle pas y accéder ? Je vais lui indiquer… 😉
        Bon week-end Renée 🤗

        Aimé par 1 personne

      2. Merci Régis pour votre proposition. En effet, Solène et moi ne sommes pas abonnées l’une à l’autre si je puis dire.

        Aimé par 1 personne

      3. Je lui ai indiqué dans un commentaire à son récent article sur son envie d’aller sur la plage…
        Vous pouvez vous abonner à son blog. Je serais bien surpris qu’elle ne fasse pas de même avec le vôtre.

        Aimé par 1 personne

      4. Merci Régis de prendre sur votre temps pour jouer à l’intermédiaire. Je vais aller sur son blog et m’abonnerai (je ne suis pas habile avec ces manoeuvres!)

        Aimé par 1 personne

  3. Les choses ont bien évoluées elles doivent évoluer encore!
    Ces petites piqûres de rappel me ravissent et sont toujours efficaces. Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à vous Patricia, vos commentaires sont toujours pertinents. Oui,  » les choses doivent évoluer encore », il y a fort à faire un peu partout dans le monde

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Lazuli Biloba

Cadeaux, décoration et luminaires

Pas plus haut que le bord !

Site gratuit même pour les riches.

NSTM Planet

editorial / Opinión

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Le Parfum des Mots - Manga Berugi

Enivrez-vous avec les mots !

Marie-Anne Keppers Artiste Autodidacte

J'adore rédiger ce blog, pour vous faire découvrir mes diverses passions. J'aime dessiner, peindre, écrire... Merci d'apprécier mes réalisations

PAQUERITE

Des mots et des recettes

lavieautaquet.com

Formation, Coaching et Développement par l'APR

Un jardin en forêt de Darney

Entre étang et ruisseaux, vivaces, rosiers, hydrangeas...

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close