D’or et de corde ou l’univers contradictoire de Véronique de Soultrait, créatrice d’art

Par Renée Valet-Huguet

À quoi tient la réussite dans le domaine de l’art ? Parfois à presque rien, des bouts de ficelle, en vrai. Conte de Noël.

Ces échecs dont on sort fortifié

Partie un jour au salon Maison et Objet, temple de la décoration, Véronique de Soultrait y déploie une collection de coussins. Tous faits de cordelettes et fils noués : le macramé. Dessus, des décorateurs s’extasient. C’est tout. Elle rentre bredouille. Sonnée. Mais, forte d’une éducation où n’entre pas l’idée d’abandon, elle rassemble, à l’atelier, le peu de fournitures restantes : du noir, et de la ficelle. Enroule, entrecroise. Et porte aux mêmes décorateurs les échantillons. Les avis s’accordent : « On sent quelque chose de fort derrière ».
« On peut, avec peu », martèle celle qui deviendra l’inventrice d’une nouvelle technique d’artisanat : le tressage de fines cordes pour créer panneaux, paravents, têtes de lit, objets.

Avant la corde

Si elle n’a pas toujours creusé le même sillon, la créatrice affirme qu’il y a un fil conducteur interne dans sa création. Depuis le début, la même recherche graphique .
Les Beaux-Arts et le dessin l’ont amenée au décor peint, les motifs l’ont amenée au crochet, lequel a passé le relais au macramé, et le macramé à la corde. On lui rappelle notre penchant pour sa délicate collection de linge de maison, bâtie à partir de couvre-lits anciens, au crochet. Dans un sourire au charme indéfinissable, elle opine, mais elle restera sur la corde…. Cette corde qui vient de Haute-Loire.

Les mystères de l’atelier

La corde, ça évoque le rugueux, sa présence domine à l’atelier, et c’est le raffinement qui apparaît. Le beige de la corde naturelle rehaussé de fils d’or, cette lumière dans la corde noire d’un panneau, on s’écrie : « Mais c’est du Soulages ! ». Véronique de Soultrait, pourtant, fait ses petites sauces à elle : matières naturelles, brutes, simples, même pauvres, ces choses qui sont le moins artificielles possibles, les plus vertueuses, c’est une éthique, et leur transformation en un produit fini luxueux reste son affaire. Une sorte de stratagème. Auquel elle se livre depuis toujours pour se vêtir. Mixer. « Le propre de la création ». Ses inspirations vont de l’art déco à l’esprit ethnique, l’abstraction géométrique, la nature. Et puis elle affectionne le cercle, « symbole de l’infini ». Toujours, des formes simples.

Photo de l’atelier
Photo de l’atelier.

L’envol

Ses décors muraux ont conquis les plus grands décorateurs, qui les placent dans le monde entier. Du luxe, mais plus subtil, semble être le crédo de la créatrice. Encore ébahie de voir ses créations disséminées dans des palaces, des joailleries de luxe, ou demandées pour des projets exceptionnels. Elle, qui se déclare éloignée de ce mode de vie : « Je suis de l’Allier, et je suis attachée à des valeurs paysannes ». Gourmande de la vie, gourmande des objets, qu’elle traque et achète, la dame peut aussi bien suivre un mode de vie ascétique au niveau spirituel. Les délices du paradoxe.

Photo de l’atelier

Dans l’atelier lyonnais, Véronique, Emilie et Florence se livrent chaque jour au rituel. L’encens, la musique, les lumières. Le travail en joie.

Photos de l’atelier : Serge Valet

10 réflexions sur « D’or et de corde ou l’univers contradictoire de Véronique de Soultrait, créatrice d’art »

  1. Véronique de Soultrait n’a pas que du goût (ce qui limiterait son artisanat à de la décoration) mais aussi une imagination féconde, ce qui en fait une artiste créative. Merci à Renée de l’avoir mise en lumière.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, imagination débordante, et générosité…

      J'aime

      1. Et un humour ravageur!

        Aimé par 1 personne

    2. veronique de soultrait 5 décembre 2019 — 20 h 43 min

      Grand merci cher François de votre bienveillance!
      (Regrette nos petits clins d’oeil depuis que j’ai quitté FB…)

      J'aime

  2. Bonjour Renée, Comme un magnifique retour dans ma petite enfance lorsque mes parents émigrés espagnols, nous emmenaient tous les mois d’août dans le sud de l’Espagne, dans le Levante aux portes de l’Andalousie, voir le grand-père resté au pays. Je revois mon grand-père, les mains usées mais tellement habiles, agiles, graciles, en train de tisser les tapis en esparto, refaire les cordages de ces petites chaises basses, les habillages de jarres… je revois la terre séchée par le soleil aride, cette terre battue par le vent d’Afrique et le sable qui vole dans les rues du village.
    Mon grand-père est installé devant la porte de la maison basse, bientôt le nouveau tapis remplacera celui du patio…Les couleurs de la corde, du chanvre, de l’esparto se confondent avec les camaïeux de la terre.
    Les oeuvres de Véronique de Soultrait éclatent comme des soleils dans ma mémoire, elle magnifie tous ces objets du quotidien et leur donne un sens vrai, authentique, plein de poésie et de lumière. Merci Renée pour cette découverte. A bientôt. Isabelle

    Aimé par 1 personne

    1. Votre commentaire, écrit comme une petite nouvelle est touchant. Surgit d’un coup le soleil, les couleurs, l’homme à sa tâche, et nous amènent à penser que ces savoirs tendent à disparaître…Heureuse que le portrait de Véronique et son univers ait soulevé chez vous une torsade de souvenirs. Merci Isabelle.

      J'aime

      1. Bonjour Renée, Comme j’aime cette image  »torsade de souvenirs » … c’est tout à fait juste ! Ces images qui s’enroulent comme les nattes de nos cheveux, tressés chaque jour par les mains de ma mère….
        Belle journée à ID de Femme, Isabelle

        Aimé par 1 personne

      2. Oui, les tresses, que les femmes nouaient patiemment à leurs filles. Il me semble que seules les africaines continuent ce rituel, et puis, la petite Greta…tant moquée

        J'aime

  3. Veronique de Soultrait, une véritable artiste qui s ignore… une belle âme dans des doigts de fée, une sensibilité à fleur de peau, un cœur qui déborde de beauté… une rencontre qui reste gravée dans nos mémoires…

    Aimé par 1 personne

Répondre à GENDRY Isabelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

The Biveros Effect

To Travel is to Live

Le Parfum des Mots - Manga Berugi

Enivrez-vous avec les mots !

Marie-Anne Keppers Artiste Autodidacte

J'adore rédiger ce blog, pour vous faire découvrir mes diverses passions. J'aime dessiner, peindre, écrire... Merci d'apprécier mes réalisations

PAQUERITE

Des mots et des recettes

lavieautaquet.com

Formation, Coaching et Développement par l'APR

Un jardin en forêt de Darney

Entre étang et ruisseaux, vivaces, rosiers, hydrangeas...

Rtistic

I speak my heart out.

Unlocking The Hidden Me

Tranquil notions, melange of sterile musings & a pinch of salt

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close