Le cardigan Agnès B- Histoire d’une icône

Par Valentine

Septembre est le mois de la rentrée littéraire et dans la catégorie mode c’est l’édition américaine Assouline qui met en scène la plus française des stylistes: Agnès B pour les 40 ans de son cardigan à pression . Retour sur une pièce iconique. 

Portrait de cette créatrice aussi Versaillaise que Rock&Roll

© Agnès B par Madame Figaro

Au royaume de l’éphémère elle règne. Depuis maintenant 40 ans, elle est la dernière grande dame de la mode. Son univers est un fabuleux contraste entre son enfance militaire et sa vie haute en couleur. Mariée à 17 ans divorcée à 20 ans et mère de jumeaux, elle se fait embaucher comme assistante styliste à Paris. Forte de cette expérience elle lance sa première boutique rue du Jour dans une ancienne boucherie. Après avoir lessivé les murs installé ses affiches et sa collection de disques, elle fait de son univers un incontournable du style français. Elle est aujourd’hui un pilier. Agnès B en quelques chiffres c’est 300 millions de chiffres d’affaire, plus de 200 employés. Fait rare, elle détient 100% de son capital, et possèdent 250 points de vente dans le monde entier. Femme de convictions, elle place un point d’honneur à produire 40% de ses collections en France, ou chez des petits producteurs à l’étranger.

Agnès B dans sa première boutique rue du Jour en 1986.
©l’express Style

« J’aime faire mon travail sérieusement sans me prendre au sérieux »

(propos d’Agnes B  » portrait de la dernière grande dame française » 2016 interview De France Télévision)

Cette soixante-huitarde a fréquenté les plus grands. De David Lynch à Jane, de Basquiat à François Hollande, elle habille ceux qu’elle admire et ceux en qui elle croit. Elle a aidé et aide encore aujourd’hui des artistes à lancer leur carrière. Adulée au Japon,  son style est considéré comme un vecteur de la libération de la femme japonaise. Styliste et non artiste comme elle se plaît à le dire, c’est une des plus grandes collectionneuses d’art française actuelle. Agnès B c’est une patte, un univers ou les arts se mêlent. Tout l’inspire. Ses cahiers de photo sont les points de départ des imprimés de ses collections. Engagée pour les femmes, elle réalise le film  » Je m’appelle hmm… » qui met en lumière la problématique d’inceste que la styliste a elle même rencontrée pendant l’enfance. En 2015, elle est associée à la préparation d’un texte de loi sur lequel la députée Françoise Dumas travaillait pour que l’inceste ne soit plus considéré comme un délit mais un crime.

©Affiche du film je m’appelle hmm

Le cardigan à pression : histoire d’un basique

“Il y a longtemps, j’ai dessiné un cardigan pour moi. J’avais envie d’un sweat-shirt ouvert devant, avec beaucoup de pressions pour qu’il ressemble à un vêtement du XVIIIe siècle, un vêtement d’enfant pour grandes personnes ou le contraire.

Propos d’Agnès B à retrouver sur ici
Photo de David Lynch pour le cardigan à pression. En savoir plus.
©agnesb.com


La mode est un éternel recommencement paraît-il. Le présent s’inspire du passé pour dessiner les collections futures. L’histoire du cardigan d’Agnès B en est une preuve. Cette création lui vient de la redingote de Jean-Baptiste de La Quintinie en charge du potager du roi. Anobli, une statue lui sera érigée à titre posthume. Trois siècles plus tard. Agnès B, Versaillaise de naissance, se balade dans ces jardins. Les boutons de la redingote de cet homme l’inspire, et le cardigan à pression fait son arrivée en 1979. Elle aime le fait de pouvoir l’enfiler sans le passer par le haut, et puis, le bruit des 13 boutons pressions. C’est un vêtement qu’elle veut intemporel et universel, pour petits et grands. Un vêtement qu’on porte, qu’on use qu’on donne …. En 1986, Jean Baptiste Mondino, William Klein, Sophie Calle et bien d’autres lui rendent hommage dans une série photographique. 10 ans plus tard ces mêmes photos sont présentées au Centre Pompidou. Le vêtement entre au musée. Le magazine Elle dira que c’est “une consécration” et Paris Match “ que c’est « un objet culte qui brille par sa simplicité”. 

2019, le cardigan a 40 ans. L’édition New-Yorkaise Assouline qui lui rend un hommage, de son vivant, car le cardigan à pression est plus contemporain que jamais. Initialement en molleton de coton, la créatrice l’a décliné à l’infini. En cuir, ou en boléro, il est résolument moderne. Pièce iconique de la marque il est aujourd’hui un basique de notre vestiaire.

Les photographies de l’ouvrage sont rythmées par les textes de Sophie Fontanel. Journaliste chez Elle et adulée par la planète mode et Instagram elle y raconte l’histoire dans « Agnes B – le cardigan pression raconté par Sophie Fontanel ».

Le site Internet de la marque permet une immersion dans l’univers et son lien avec le monde des arts. A parcourir pour le plaisir en cliquant içi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Le Parfum des Mots - Manga Berugi

Enivrez-vous avec les mots !

Marie-Anne Keppers Artiste Autodidacte

J'adore rédiger ce blog, pour vous faire découvrir mes diverses passions. J'aime dessiner, peindre, écrire... Merci d'apprécier mes réalisations

PAQUERITE

Des mots et des recettes

lavieautaquet.com

Formation, Coaching et Développement par l'APR

Un jardin en forêt de Darney

Entre étang et ruisseaux, vivaces, rosiers, hydrangeas...

Rtistic

I speak my heart out.

Unlocking The Hidden Me

Tranquil notions, melange of sterile musings & a pinch of salt

BSF

Voir, juger, agir.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close